Aller à la navigation Aller au contenu

Risque inondation : une étude mesure l’exposition des villes côtières

Mutations climatiques et catastrophes naturelles, pluies torrentielles ou tsunami marins, tempêtes… Les facteurs d’inondation sont multiples. Zoom sur une récente étude publiée dans la revue Natural Hazards qui a permis de dégager une liste des villes côtières les plus exposées au risque inondation.

 

 

La Nouvelle-Orléans en 2005, Bangkok en 2011 et récemment New York, les inondations majeures semblent se multiplier dans les grandes villes côtières. C’est certainement la raison pour laquelle le gouvernement des Pays Bas a décidé de produire une étude mesurant et expliquant la vulnérabilité des grandes métropoles faces à ces événements climatiques.

Menée par des chercheurs de l’université britannique de Leeds, secondés par des chercheurs néerlandais, cette étude est intitulée “A flood vulnerability index for coastal cities and its use in assessing climate change impacts”. Elle se concentre sur neuf villes côtières construites dans le delta d’un fleuve comme Shanghai et Casablanca, où de plus en plus de sites de production sont d’ailleurs implantés par les sociétaires FM Global. Osaka, Buenos Aires, Calcutta, Manille, Marseille, Rotterdam et Dacca (Bangladesh) font également partie de cette étude.

Elle dresse alors, à travers l’analyse de 19 critères, une liste des villes les plus vulnérables au risque inondation. « Ces indices ont été construits dans une démarche très proche de celle qu’utilise FM Global pour identifier le risque inondation, leur fréquence, leur gravité et les protections à mettre en place pour s’en prémunir » explique Sylvie Desjardins, Directrice adjointe et responsable senior du développement Opération Europe du Sud chez FM Global. En effet, ils incluent, à l’instar de FM Global :

  • des facteurs géographiques et infrastructurelles,
  • des moyens de protection,
  • des facteurs “humains” (le niveau de sensibilisation et de préparation des habitants face à ces risques naturels).

Ces facteurs “humains” sont d’ailleurs au cœur de l’approche de FM Global, même si les garanties de ses polices d’assurance et ses conseils en prévention ne concernent “que” la protection des biens et des bâtiments industriels et commerciaux. En prenant des mesures de protection contre les risques industriels et naturels pour ses installations, une entreprise contribue en effet à la sécurité des personnes.

Selon ce rapport, Shanghai serait donc la ville du monde la plus vulnérable aux inondations, suivie par Dacca, Manille et Calcutta. L’étude montre finalement que les villes les moins préparées aux inondations, et donc les moins résilientes, sont souvent celles qui se sont développées très rapidement, sans prendre en compte suffisamment l’expérience des catastrophes passées. « Une conclusion qui rejoint encore une fois la position de FM Global : les décideurs sous-estiment souvent les catastrophes naturelles alors que leurs conséquences peuvent être en partie maitrisées grâce à une bonne gestion des risques », remarque Sylvie Desjardins.
Pour aller plus loin : consultez

FM Global est le spécialiste mondial de la prévention, la gestion et l'assurance des risques industriels. Un seul but: garantir aux entreprises la continuité de leurs activités partout dans le monde.

Découvrir